Home
Blog
PLUS JAMAIS CA !
PLUS JAMAIS CA !

PLUS JAMAIS CA !

Les plus grands scandales qui ont terni l'histoire du sport

  • Par 3 auteurs
  • Mis à jour
  • Publié
Les plus grands scandales qui ont terni l'histoire du sport

LE SCAN SPORT - Après la Fifa, la Fédération internationale de l'athlétisme est à son tour frappée de plein fouet par un scandale de corruption. Retour sur ces «séismes» qui ont égratigné à jamais l'histoire du sport.

Ben Johnson, le record du monde volé

Jeux olympiques de Séoul en 1988. Alors à son paroxysme, la rivalité entre Carl Lewis et Ben Johnson n'attend plus que la finale du 100 m pour connaître son dénouement. 9''79 plus tard, le Canadien avait tué tout suspense en établissant un nouveau record du monde, loin devant l'Américain dont le temps était pourtant également synonyme de meilleure performance planétaire (9''92). Une performance incroyable qui, malheureusement, allait donner naissance à l'un des premiers grands scandales liés au dopage, Johnson étant contrôlé positif aux stéroïdes anabolisants trois jours plus tard. Destitué de son titre olympique et de son record, le Canadien devient la honte de l'olympisme.

Des basketteurs espagnols simulent un handicap

Jeux paralympiques de Sydney en 2000. L'Espagne remporte la médaille d'or dans la catégorie déficience intellectuelle. Seul problème, parmi les douze joueurs la composant, seulement deux présentaient un réel handicap mental, les dix autres le simulant. Un véritable tollé qui a conduit à l'exclusion des handicapés mentaux lors des Jeux paralympiques suivants, le Comité international paralympique considérant qu'il était trop difficile de déterminer le niveau de handicap réel des athlètes déficients intellectuels. Mais en 2012, ces derniers ont pu faire leur retour après l'élaboration de nouveaux critères.

Le dopage dans l'ex-RDA

En octobre 2007, le Comité olympique allemand annonce avoir bouclé un programme d'indemnisation pour 157 anciens sportifs de l'ex-République démocratique d'Allemagne (RDA) reconnus victimes de dopage d'Etat. Les athlètes ont reçu chacun quelque 20.000 euros, soit un montant d'indemnisation de 2,9 millions d'euros au total. Quelque 10.000 sportifs est-allemands ont été dopés de force entre 1970 et 1989, la plupart dès leur plus jeune âge. L'Oral Turinabol, un dérivé de la testostérone particulièrement utilisé en RDA, et d'autres stéroïdes ont entraîné notamment un changement de voix chez les femmes. A long terme, beaucoup témoignèrent des conséquences effrayantes du dopage: cancers, dérèglements hormonaux, infertilité pour certaines femmes, enfants anormaux pour d'autres.


L'affaire Balco et la prison pour Marion Jones

Reine du sprint féminin depuis ses trois médailles d'or olympique en 2000, Marion Jones est brutalement tombée de son piédestal en 2003, au moment où éclate ce qui restera dans l'histoire comme l'affaire Balco, du nom d'un laboratoire américain au centre de nombreuses pratiques dopantes dans le sport américain dans les années 2000. Suite à un appel téléphonique anonyme (avant que l'on découvre que son auteur n'était autre que l'ex-entraîneur de Jones, Trevor Graham), une perquisition était effectuée au siège dudit laboratoire, permettant de découvrir des hormones de croissance et des stéroïdes. Sans oublier une liste de clients où, en plus de Marion Jones, figuraient notamment les noms de Tim Montgomery (athlétisme), Shane Mosley (boxe), Barry Bonds (baseball) et bien d'autres encore…

Le «crashgate» de Renault

La Formule 1 avait connu par le passé quelques accrochages volontaires, mais jamais une écurie n'avait demandé à l'un de ses pilotes de projeter volontairement sa monoplace contre un muret. Jamais jusqu'au Grand Prix de Singapour en 2008, lorsque Nelson Piquet Jr. expédiait sa Renault R28 dans le mur après 13 tours de course. Un accident qui entraînait la sortie de la voiture de sécurité et qui profitait à l'équipier du Brésilien, Fernando Alonso, qui s'était arrêté aux stands juste avant et qui se retrouvait propulsé en tête, lui qui était parti de la 15e place sur la grille. Au drapeau à damier, l'Espagnol s'imposait. Mais le 30 août 2009, lorsque la chaîne de télévision brésilienne TV Globo révèle l'affaire, c'est le début de la fin pour le constructeur français, qui se désengage de la discipline en tant qu'écurie complète.

L'affaire OM-VA

Au sommet de sa gloire, l'OM de Bernard Tapie, qui vient de remporter la première Ligue des champions de l'histoire du football français, est rattrapé par une sombre affaire de corruption. Le 20 mai 1993, six jours avant sa grande finale européenne, le club olympien s'impose 1-0 à Valenciennes. Un match en partie arrangé pour ne pas risquer de blessures avant d'affronter le Milan AC. Trois joueurs nordistes, Jacques Glassmann, Jorge Burruchaga et Christophe Robert, ont touché de l'argent pour lever le pied. 250.000 francs (environ 38.000 euros) seront notamment retrouvés dans le jardin des parents de ce dernier. Le scandale marquera le début de la descente aux enfers du «golden boy» Tapie. Il mettra aussi à terre l'OM, déchu cette année-là de son titre de champion de France et rétrogradé en deuxième division.

Les scandales du foot italien


Au tout début des années 80, deux commerçants romains révèlent au grand jour les pratiques douteuses de plusieurs footballeurs, qui parient sur des matches auxquels ils participent. Le scandale du Totonero éclate. Il éclaboussera de nombreux joueurs, dont Paolo Rossi, futur Ballon d'Or, suspendu deux ans. Mais aussi des clubs. Pour avoir truqué un match décisif pour la relégation, le Milan AC et la Lazio Rome seront par exemple rétrogradés en Serie B. En 2006, une nouvelle affaire de corruption jette l'opprobre sur le football italien: le Calciopoli. Cette fois, les arrangements concernent des dirigeants et des arbitres. La Fiorentina, la Lazio et le Milan AC sont mouillés et sanctionnés. Mais la plus durement touchée est la Juventus: ses titres de 2005 et 2006 lui sont retirés et sa rétrogradation est prononcée. En 2011, à peine remise des suites du Calciopoli, l'Italie se retrouve à nouveau dans la tourmente via le Calcio Scommesse, un énième scandale de matches arrangés touchant, cette fois, les divisions inférieures. En tout, pas moins de 15 clubs et une vingtaine de joueurs seront condamnés.

Quand Salt Lake City acheta l'organisation des JO 2002

Skategate, Salt Lake City, Jeux olympiques d'hiver 2002. Et la glace prit feu. La médaille d'or attribuée au couple russe Anton Sikharulidze et Elena Berezhnaya, après une prestation émaillée d'une faute grossière, tandem sacré au détriment du duo canadien Jamie Salé-David Pelletier qui avait les faveurs du public, est rapidement suspecte. Des membres de la délégation canadienne s'indignent du vote de la juge Française Marie-Reine Legougne qui aurait placé les Russes en tête en échange de la promesse russe de favoriser la victoire du couple français Marina Anissina-Gwendal Peizerat dans l'épreuve de danse. La Française et Didier Gailhaguet, le président de la Fédération française seront suspendus 3 ans. Le système de notation, pour éviter les collusions, sera modifié.

Le scandale des White Sox, Chicago 1919

Un épisode remis au goût du jour par une chanson de Murray Head datant de 1975 qui a fait le tour du monde: «Say It Ain't So, Joe!» («Dis-moi que c'est pas vrai, Joe!»). Elle est consacrée à Joe Jackson, star des White Sox de Chicago tombé en disgrâce en 1919 à la suite d'une sombre histoire de matches truqués, 8 joueurs des White Sox étant bannis des Ligues majeures de baseball après avoir été reconnus coupable d'avoir intentionnellement fait perdre leur franchise.


Armstrong, «programme de dopage le plus sophistiqué de l'histoire du sport»

Escorté par le doute tout au long d'une domination sulfureuse, le démiurge d'ombre et de lumière du cyclisme tombe quand durant l'automne 2012, Travis Tygart, le patron de l'Usada, l'Agence américaine antidopage, fait toute la lumière sur le trafic, les menaces et les dissimulations exercées durant de longues années par le coureur américain pour parvenir à ses fins. Le Texan sera déchu de ses 7 sacres sur le Tour. Lance Armstrong finira, après des années de dénégations, par se confesser sur le plateau d'Oprah Winfrey en janvier 2013. L'ancien coureur de l'US Postal, Discovery Channel ou Astana a été radié à vie.

Festina, le cyclisme et le Tour au bord du précipice

Trois jours avant le départ du Tour à Dublin, Willy Voet, soigneur de l'équipe Festina, est contrôlé au volant de sa voiture par la douane française. Les douaniers découvriront un incroyable butin de guerre (produits dopants, stupéfiants), synonyme de dopage organisé de l'équipe phare du moment, symbolisée par Richard Virenque. Le point de départ d'une révolution à tous les niveaux. L'onde de choc est immense, le Tour sonné. L'équipe Festina est exclue de la compétition pour violation du règlement anti-dopage le 18 juillet 1998. Richard Virenque, coureur apprécié du public français à l'époque, est en larmes devant les caméras. Les coureurs avouent et certains sont suspendus. Willy Voet écopera d'une amende et de 10 mois de prison avec sursis, tout comme le directeur sportif, Bruno Roussel. Suite à ce scandale, l'Agence Mondiale Antidopage verra le jour en novembre 1999, puis le passeport biologique et le logiciel ADAMS, instrument de gestion en ligne pour enrichir le dispositif antidopage.

Tremblement de terre sur la Fifa à Zurich

Le 27 mai 2015, sept haut responsables de la Fifa sont arrêtés en Suisse à la demande du FBI qui enquêtait depuis trois ans sur une affaire de blanchiment d'argent, corruption et racket. La justice américaine révèle que ces pratiques étaient monnaie courante depuis deux générations à la tête du football mondial. Le scandale remonte à la tête de l'institution et à Sepp Blatter, son président, au moment où son bras droit, Jérôme Valcke, se retrouve dans l'oeil de la justice à propos d'un transfert douteux de 10 million de dollars sur des comptes gérés par l'ancien vice-président de l'organisation, Jack Warner. Dans une impasse, le dirigeant suisse fraîchement réélu demande une nouvelle élection en 2016 et assure qu'il ne se représentera pas. La plus puissante institution sportive au monde n'est plus qu'un champ de ruines.

Contactez Nous

BP 7214 Yaoundé – 

Tél 222215988 / 699501178 / 679557125 Email:  cae@lecompeting.com / fumagho@yahoo.fr

Request Information

Actualité

LA PUISSANCE DE LA PAROLE DE DIEU !
LA PUISSANCE DE LA PAROLE DE DIEU !

1479726535

Bienvenue à Yaoundé Capitale du Cameroun
Bienvenue à Yaoundé Capitale du Cameroun

1486734461